la malhonnêteté intellectuelle des procédures de recrutement pour un lieu artistique

Alors là, il y a deux lieus en région Parisienne ou après avoir passé l’oral, les candidatures sont bloquées. Les partenaires publics ne sont pas d’accord sur le choix de celui ou celle qui aura l’honneur d’être le/la nouvelle direction. Il y a un des deux lieux labellisés (théâtre) ou franchement c’était pas la peine de mettre en place la procédure de recrutement car les politiques de la ville savent exactement qui ils souhaitent avoir à la direction de ce lieu. Franchement, on s’en fout de savoir si c’est bien ou pas, qui a raison ou pas, le problème n’est pas là! Il y a des candidats qui ont bossés pour rien. Qui pendant à peu près deux mois en plus de leur job, on bossait comme des dingues!

Et puis, il y a l’autre haut grand lieu de la création parisienne ou une des personne retenue a fait un dossier artistique sans mettre les pieds dans le théâtre et même pas le jour de l’oral, elle n’était pas là!  La covid a bon dos!

Et puis, il y a cette grosse maison de la culture ou la composition du jury a changé en cours de procédure et personne n’a rien dit. En effet, le matin, le maire n’était pas là et coucou, je suis là l’après-midi. En fait, il est venu voir passer son candidat! Chouette non?

Et encore, je ne vous dis pas tout!

Candidature Nanterre

Ce matin en parcourant FB, un poste a attiré ma curiosité « Qui pour diriger les Amandier de Nanterre en 2021 ». Il y a trois candidats retenus dont une femme. Deux mecs et une femme ! Une femme brésilienne, je ne sais pas si ça peut compter critère de diversité ? Parce que si ça compte, avec une candidate voici deux points de critères cochés. Bon, ce n’est pas deux mecs, deux nanas mais ça a l’air de passer leur sélection, personne ne râle. Mais moi, je me pose la question qui est le candidat(e) de l’État ? car j’espère qu’il n’y a pas deux candidats qui vont travaille pour rien, juste pour le plaisir de justifier la candidature souhaitée. Écrire un dossier, faire des rendez-vous etc. etc. Car, il y a la rumeur, les bruits courent, les bruit disent que l’État veut frapper fort et mettre une femme ! A suivre!