Adolescence!

Voilà ce que l’on trouve en faisant des cartons. Je ne me souviens plus très bien quand a eu lieu cette séance de photos que j’avais totalement oublié. En revanche, je me souviens très bien du lieu et du photographe. Monsieur Antoine Santuri du club photo a fait ce shooting. C’était ma première séance de photos. Il y avait d’autres filles, mon amie Saloua était là aussi. A l’époque dès que l’école était fini, on courrait au centre culturel Elsa Triolet. C’est là aussi où nous prenions nos premiers cours de théâtre. Et puis un jour un autre groupe d’adolescents a fréquenté le centre. Et un garçon de 3 ans mon aîné qui m’avait regardé me brisa le cœur. Et ma famille a quitté cette petite ville au bord de l’eau. Aujourd’hui je le hais autant que je l’aime.

Les procédures-Suite.

Après le Syndéac, c’est à l’association HF de répliquer au sujet du déroulement de l’oral pour la direction de la MC2 de Grenoble. Je suis en total accord avec ces deux manifestes. Moi Régine Montoya quand j’ai passé l’oral pour Albi en décembre 2006, le maire de l’époque (je ne sais pas si c’est toujours le même) s’est pointé après mon oral. Et pour cause car il savait exactement quel candidat, il souhaitait. J’ai travaillé, payer des billets d’avion, d’hôtel pour rien! Honte à lui et au directeur qui a eu le poste à l’époque qui est d’ailleurs à la retraite aujourd’hui!

la malhonnêteté intellectuelle des procédures de recrutement pour un lieu artistique

Alors là, il y a deux lieus en région Parisienne ou après avoir passé l’oral, les candidatures sont bloquées. Les partenaires publics ne sont pas d’accord sur le choix de celui ou celle qui aura l’honneur d’être le/la nouvelle direction. Il y a un des deux lieux labellisés (théâtre) ou franchement c’était pas la peine de mettre en place la procédure de recrutement car les politiques de la ville savent exactement qui ils souhaitent avoir à la direction de ce lieu. Franchement, on s’en fout de savoir si c’est bien ou pas, qui a raison ou pas, le problème n’est pas là! Il y a des candidats qui ont bossés pour rien. Qui pendant à peu près deux mois en plus de leur job, on bossait comme des dingues!

Et puis, il y a l’autre haut grand lieu de la création parisienne ou une des personne retenue a fait un dossier artistique sans mettre les pieds dans le théâtre et même pas le jour de l’oral, elle n’était pas là!  La covid a bon dos!

Et puis, il y a cette grosse maison de la culture ou la composition du jury a changé en cours de procédure et personne n’a rien dit. En effet, le matin, le maire n’était pas là et coucou, je suis là l’après-midi. En fait, il est venu voir passer son candidat! Chouette non?

Et encore, je ne vous dis pas tout!